124 Shares 8227 views

Les fibres de Purkinje au coeur

Notre cœur est un muscle qui a un mécanisme de contraction totalement unique. À l'intérieur, il s'agit d'un système complexe de cellules spécifiques (stimulateurs cardiaques), qui dispose d'un système multi-niveaux pour le suivi des travaux. Il comprend, entre autres, les fibres de Purkinje. Ils sont situés dans le myocarde des ventricules et sont responsables de leur contraction synchrone.


Anatomie générale du système de conduite

Le système de conduction du cœur est classiquement divisé en quatre parties par les anatomistes. La première partie comprend le noeud sinus-auriculaire (sinoatrial). C'est une combinaison de trois faisceaux de cellules qui génèrent des impulsions à une fréquence de quatre-vingts à cent vingt fois par minute. Un tel taux de contractions cardiaques permet de maintenir une circulation sanguine suffisante dans le corps, la saturation en oxygène et le taux métabolique.

Si, pour une raison quelconque, le premier stimulateur cardiaque ne peut pas exercer ses fonctions, le noeud atrioventriculaire (atrioventriculaire) entre dans le cas. Il est situé à la limite des chambres cardiaques dans le septum médian. Cette accumulation de cellules définit la fréquence des contractions dans la gamme de soixante à quatre-vingts battements et est considérée comme le conducteur du rythme du second ordre.

Le niveau suivant du système conducteur est le faisceau de His et les fibres de Purkinje. Ils sont situés dans le septum interventriculaire et tressent le sommet du cœur. Cela permet de répandre rapidement les impulsions électriques le long du myocarde ventriculaire. La vitesse de génération varie de quarante à soixante fois par minute.

Approvisionnement en sang

Des parties du système conducteur, situées dans les oreillettes, reçoivent des nutriments provenant de sources isolées, séparément du reste du myocarde. Le nœud sino-auriculaire nourrit une ou deux petites artères qui traversent l'épaisseur des parois du cœur. La particularité réside dans la présence d'une artère disproportionnée qui traverse le milieu du noeud. C'est la branche de l' artère coronaire droite. Elle, à son tour, donne de nombreuses petites branches qui forment un réseau artérielle-veineux dense sur ce site du tissu auriculaire.

Le faisceau de fibres Giesa et Purkinje est également alimenté par les branches de l'artère coronaire droite (artère interventriculaire) ou directement à partir de celle-ci. Dans certains cas, le sang peut entrer dans ces structures à partir de l'enveloppe de l'artère. Ici aussi, un réseau dense de capillaires est formé, ce qui entrelace fortement les cardiomyocytes.

Cellules du premier type

Les différences dans les cellules qui entrent dans le système conducteur sont dues au fait qu'elles exercent différentes fonctions. Il existe trois principaux types de cellules.

Les stimulateurs cardiaques principaux sont des cellules P ou des cellules du premier type. Morphologiquement, il s'agit de petites cellules musculaires qui ont un noyau important et de nombreux longs processus entrelacés. Plusieurs cellules voisines sont considérées comme une grappe, unies par une membrane basale commune.

Les faisceaux de myofibrilles sont conçus pour générer des contractions dans l'environnement interne des cellules P. Ces éléments n'occupent pas moins d'un quart de l'espace cytoplasmique entier. D'autres organites sont situés au hasard dans la cellule et moins que dans les cardiomyocytes ordinaires. Et les tubes de cytosquelette, d'autre part, sont densément emballés et supportent la forme des conducteurs rythmés.

De ces cellules, il existe un noeud sino-auriculaire, mais le reste des éléments, y compris les fibres de Purkinje (dont l'histologie sera décrite ci-dessous), ont une structure différente.

Cellules du second type

Ils sont également appelés conducteurs de rythme temporel ou latents. Les formes erronées, plus courtes que les cardiomyocytes classiques, ont une épaisseur plus grande, contiennent deux noyaux et la paroi cellulaire présente des évidements profonds. Les organelles dans ces cellules sont plus grandes que dans le cytoplasme des cellules P.

Les fils de contraction sont prolongés le long du long axe de la cellule. Ils sont plus épais et ont beaucoup de sarcasmes. Cela leur permet d'être des pilotes de rythme de second ordre. Ces cellules sont situées dans le noeud atrioventriculaire, et les fibres fasciculus et Purkinje sur les micro préparations sont représentées par des cellules du troisième type.

Cellules du troisième type

Les histologues ont identifié plusieurs types de cellules dans les sections terminales du système de conduction du cœur. Selon la classification considérée ici, les cellules du troisième type auront une structure similaire à celles qui fabriquent des fibres de Purkinje dans le cœur. Ils sont plus volumineux, par rapport à d'autres moteurs de rythme, longs et larges. L'épaisseur des myofibrilles n'est pas la même dans toutes les zones de la fibre, mais la somme de tous les éléments contractiles est supérieure à celle du cardiomyocyte habituel.

Maintenant, nous pouvons comparer les cellules du troisième type avec celles qui fabriquent des fibres de Purkinje. L'histologie (la préparation obtenue à partir des tissus sur le sommet du cœur) de ces éléments est significativement différente. Le noyau a une forme presque rectangulaire, et les fibres contractiles se développent assez faiblement, elles ont de nombreuses branches et sont reliées entre elles. En outre, ils ne sont pas orientés clairement sur la longueur de la cage et sont situés à de grands intervalles. Une quantité minime d'organelles, qui se trouvent autour des myofibrilles.

Les différences dans la fréquence des impulsions générées et leur vitesse nécessitent un mécanisme développé phylogénétiquement pour synchroniser le processus de contraction dans toutes les parties du cœur.

Différences histologiques du système conducteur des cardiomyocytes

Les cellules du deuxième et du troisième type ont une plus grande quantité de glycogène et de ses métabolites que les cardiomyocytes classiques. Cette fonction est conçue pour fournir un degré suffisant de fonction plastique et pour couvrir les besoins des cellules dans les éléments nutritifs. Les enzymes responsables de la glycolyse et de la synthèse du glycogène sont beaucoup plus actives dans les cellules du système conducteur. Dans les cellules de travail du cœur, il y a une image opposée. En raison de cette caractéristique, la réduction de la délivrance d'oxygène est plus facilement tolérée par les stimulateurs cardiaques, y compris les fibres de Purkinje. La préparation du système conducteur après traitement avec des substances réactives montre une activité élevée avec la cholinestérase et les enzymes lysosomales.